Moins de cracra dans ma salle de bain #2 : Les savons Bélice

Je continue lentement, certes, mais sûrement mon chemin vers le moins de déchets (je ne prétends pas aller au zéro déchet pour l’instant) et au plus sain.

C’est pas toujours facile, il y a des choses que je suis prête à abandonner, d’autres non.

J’essaie de faire tous les gâteaux pour les goûters des enfants mais ça marche pas toutes les semaines. Typiquement cette semaine c’est passé à la trappe ! Avec 2 filles malades, des RDV chez le doc et la kiné respiratoire tous les jours pour Bulotte, j’ai juste abandonné. J’ai préféré préparer dans la journée le repas du soir plutôt que le gâteau. Je sais ça prend 20 minutes maxi mais là je ne les avais pas. On fera mieux la semaine prochaine et c’est tout.

J’essaie aussi d’acheter moins de trucs emballés avec du plastique. Eh ben laisse-moi te dire que c’est pas facile. Je passe vachement plus de temps dans les rayons d’Auchan à trouver le truc le mieux emballé ! (oui il faudrait que j’arrête d’aller à Auchan, mais non)
Même quand les savons sont par 2 emballés dans un papier, quand tu ouvres le papier, chacun des savons est lui-même emballé dans un plastique ! Comme ça m’énerve !
Et des fois, j’en ai même pas conscience tellement j’ai l’habitude d’acheter un produit !
Par exemple j’achetais mes olives dans un pack plastique que je transvasais ensuite dans le bocal à la maison. Sauf qu’en fait, le verre est plus facilement recyclable donc il valait mieux que j’achète directement un nouveau bocal… et j’avais tellement l’habitude de les acheter comme ça, que je faisais pas attention ! C’est Maximus qui me l’a fait remarquer…
Les habitudes, c’est dur à changer !

Finalement c’est dans la salle de bain que je fais le plus de progrès, surtout pour moi. Après le déodorant en crème que j’utilise depuis un an maintenant, je suis aussi passée au dentifrice solide. Je prends la marque Pachamamaï qui est une marque vegan, bio et non testée sur les animaux. En ce moment j’utilise celui au charbon qui est censé blanchir les dents (spoil : ça change rien). L’avantage c’est qu’il est dans une petite boîte rechargeable donc facile à transporter. Il en existe aussi un à la menthe (que j’avais eu avant celui au charbon, il est très bien) et un aux fruits rouges. Mais le charbon, fait les dents toutes noires quand on se les lave, ça a beaucoup amusé mes enfants quand ils m’ont vue !!
dentifrice-solide-black-is-black-pachamamai-au-charbon-20g Lire la suite

Ma lumineuse

IMG_20170625_135450_011

Ma grande fille si jolie et si douce.

Toi qui a l’esprit si vif et qui égale ton frère en bien des points (ce qui le vexe très fortement).

Tu es coincée entre deux. Coincée entre eux deux.

La vérité, c’est que comme tu es bien plus calme qu’eux, tu passes parfois un peu inaperçue. Et je m’en veux tellement.
Entre le grand qui prend un temps fou avec son attitude et la petite qui est encore si petite… c’est finalement toi qui t’arranges de tout qui « en pâtit ». J’exagère un peu, tu n’es pas malheureuse, on ne t’oublie pas, évidemment. Mais le fait est que je te consacre moins de temps.

Tu ne nous poses pas de problèmes, alors on ne t’emmène pas voir le psy. Tu sais jouer calmement seule ou avec ta sœur et c’est reposant pour moi, j’en profite.
Tu joues et t’occupes tellement bien de Bulotte pourtant, elle est pas commode avec toi ! Elle te teste comme elle nous teste… mais tu fais avec, avec une patience d’ange.

Tu ne réclames presque jamais rien. On a raté ton inscription pour le premier trimestre de piscine, tu as dit que c’était pas grave que tu irais au prochain. Tout te va ou presque.
bis Lire la suite

Des ateliers de fabrication de bijoux parents/enfants avec D’Estey Bijoux

destey bijoux

Le week-end dernier j’ai découvert l’atelier de Céline, la créatrice de D’Estey Bijoux. J’avais tout juste eu le temps de prendre ma douche après le Ruban Rose que je repartais déjà à Bordeaux avec Minus.

Céline nous avait proposé de tester une de ses nouvelles formules d’atelier : le duo parent/enfant.
Minus était absolument ravi ! Eh oui, c’est pas parce qu’on est un garçon qu’on a pas le droit de fabriquer des bijoux de ses ptites mains… il a d’ailleurs eu le choix : soit il pouvait se faire une parure pour lui, soit en faire une pour moi ou pour sa sœur. Il a choisi de faire quelque chose pour lui.
Et c’était un bon choix parce que ça montre qu’un garçon peut se faire des trucs super chouettes !

Nous avions donc rendez-vous juste à côté de la place du Palais, en plein centre de Bordeaux pour en apprendre plus sur les techniques de fabrication de bijoux. Car oui, il s’agissait de faire de « vrais » bijoux et d’apprendre des techniques ! Pas de fil de pêche et de nœuds pour fermer les bracelets et colliers ! Non, nous avons manié les différentes pinces, formé des boucles, écrasé des perles, posé des fermoirs… comme des pros (ou presque) !
Screenshot_20171023-152847
Céline nous a donc accueillis avec une tasse d’un excellent rooibos et nous avons pu choisir ce que nous allions confectionner. Pour Minus une parure de surfeur/indien et pour moi un sautoir en argent avec des perles et des pompons.
IMG_20171015_133651_170
Céline a donc commencé par s’occuper de mon fils en lui expliquant ce qu’il allait devoir faire. Pendant qu’il choisissait ses perles et ses couleurs, ça a été à mon tour de choisir mes couleurs. Si Minus était très sûr de lui sur ses choix, moi beaucoup moins ! J’ai du mal à oser et à imaginer ce que ça va rendre… mais ce n’est pas un problème parce que Céline a l’habitude, elle ! Elle a donc su me guider dans mes choix et me donner des conseils pour agencer mon sautoir.
Screenshot_20171023-151654 Lire la suite

Un repas chez Léon de Bruxelles, super kids friendly !

leon de bruxelles
La semaine dernière nous avons été invités en famille chez Léon de Bruxelles. Léon je connaissais assez bien… on y mangeait régulièrement quand on était encore étudiants et qu’on avait pas d’enfants.

Puis ensuite, avec l’arrivée de Minus, puis Craquotte, puis Bulotte, les restaurants se sont vraiment raréfiés et maintenant ça nous arrive d’y aller seulement une ou deux fois quand on est en vacances. Pourquoi ? Tout simplement parce que manger à 5, c’est pas donné donné.
Et manger avec des enfants c’est pas toujours facile. C’est long, ils s’ennuient et au final on ne passe pas forcément un bon moment parce qu’on est obligés de manger vite et de les faire patienter…

Mais là j’ai appris que les restaurants Léon de Bruxelles, qui sont présents partout en France, étaient hyper kids friendly. Et c’est une bonne surprise !
Screenshot_20171017-152422
Quand nous sommes arrivés au restaurant de Pessac, on nous a placés devant la baie vitrée de la salle de jeux. Parfait ! Nous allions donc pouvoir manger tranquillement tout en les surveillant quand ils iraient jouer. Dans cette salle, il y avait des livres, une télé avec des dessins animés et un gros camion pour jouer à l’intérieur. Et comme il faisait beau, il y avait également la structure gonflable à l’extérieur. Lire la suite

Les tatouages, 2ème round !

IMG_20170824_113734_574
Oui oui il paraît que quand on a commencé on ne peut plus s’arrêter ! Je vais pas te dire que c’est faux puisque j’ai remis ça à peine 3 semaines après mon premier !

Mais je sais pas si c’est vrai non plus… ou pas pour tout le monde (bonjour les banalités !). Mon premier tatouage représentait mon couple, c’était important pour moi, évidemment. J’en voulais donc obligatoirement un autre pour représenter mes enfants, ma famille. Donc dès le départ, je savais que j’en aurais au moins deux.

J’ai trouvé ma 2ème tatoueuse par hasard sur Instagram, en plus j’ai eu la chance de gagner un bon cadeau chez elle, parfait ! Il s’agit d’Az Tattoo, à Bordeaux. Et en regardant son travail, je suis tombée amoureuse d’un de ses dessins, il me parlait, d’une façon qui te semblera ptêtre un peu concon, mais il me le fallait !

Donc paf, emballé c’est pesé, j’ai lancé le projet pour 2 nouveaux tattoos d’un coup ! Lire la suite

Ma contribution à Octobre Rose 2017

cancer du sein logo
Ça y est depuis hier, le mois de prévention contre le cancer du sein a débuté.
J’en parle tous les ans parce que ça me tient particulièrement à cœur. Il y a eu plusieurs cas dans ma famille au fil des années : mon arrière grand-mère paternelle, ma grand-mère maternelle, la sœur de ma mère.
Heureusement pour nous, ils ont tous eu une issue favorable. Mais l’aspect génétique est bel et bien là et peut-être qu’un jour ça tombera sur moi.

Cette année est également toute particulière. Cette année ma copine de l’école de Minus, la maman de son amoureuse est décédée d’un cancer du sein à 33 ans, il y a un peu plus de 7 mois. Je suis toujours aussi triste quand je pense à elle et quand je vois ses enfants qui ont l’âge des miens. C’est une plaie que je n’arrive pas à panser parce que c’est bien trop injuste et parce que c’était une perle.

Depuis quelques années je vais faire la course du Ruban Rose à Bordeaux. Et à chaque fois j’ai les larmes aux yeux, je crois que cette année ce sera extrêmement difficile de les retenir.
C’est ma contribution à la recherche, c’est mon don. Quand je ne peux pas y aller, je fais directement un don à l’Institut Curie.

L’année dernière j’ai râlé très fort contre les grandes marques qui se faisaient du pognon pendant Octobre Rose. On m’a répondu que c’était toujours ça de pris… certes mais quitte à lâcher 30€ je préfère les donner à l’Institut Curie au moins c’est la totalité de ces 30€ qui va à la recherche pas 5 ou 10%. Et je parle à de grandes marques ! Pas de petits créateurs qui vivent de ce qu’ils font.

Bref, cette année je voulais faire plus.

Et cette année, je sais faire des choses : je sais faire des tricotins. Lire la suite

Journée nationale contre les cancers génétiques

geneticancer1
Aujourd’hui nous sommes le 30 septembre. C’est la première journée nationale des cancers génétiques… et demain débute Octobre Rose.
Je le répète tous les ans, c’est une cause qui me tient à cœur, pour des raisons familiales d’abord mais aussi « amicales ».

Cette saleté peut arriver à n’importe qui, n’importe quand, sans qu’il y ait obligatoirement de précédent. C’est la mutation qui arrive, la faute à pas de chance.

Mais quand il y a déjà quelqu’un qui a été touché dans la famille, une mère, une sœur, ça augmente ses propres chances d’en avoir un également.
Le plus courant c’est le gène BRCA qui une fois muté devient BRCA1 ou BRCA2. Il sera responsable des cancers du sein, des ovaires mais aussi de la prostate chez les hommes.
Il en existe d’autres encore mais je ne vais pas en faire toute la liste. Ce n’est pas le plus important. Lire la suite