Les espadrilles

img_20160913_113034
Elle était fatiguée aujourd’hui… lasse de tout…
Elle était arrivée jusqu’à ce banc mais elle ne savait même plus comment. Il faut dire que ça lui arrivait souvent ces dernières années de ne plus savoir, d’oublier.
Mais bon, à plus de 70 ans, on pouvait penser que c’était normal.

D’ailleurs à plus de 70 ans, on avait aussi le droit d’être fatiguée non ? Surtout quand on a eu une vie comme la sienne, la guerre, la faim, les cris, la peur. Heureusement, elle avait toujours eu un repère dans sa vie, une personne qui la maintenait sur les rails. Cette personne c’était sa sœur. Sa meilleure amie de toujours, sa confidente. Elle avait toujours pris soin d’elle et l’avait protégée contre les méchants qui disaient qu’elle était bête.

Elles avaient finalement passé toute leur vie ensemble. Une vie pauvre et difficile mais tant que sa sœur était là, rien d’autre n’était important.
Ensemble, elles affichaient toujours un sourire radieux malgré les vêtements un peu crasseux et abîmés.
Parfois elles entendaient les enfants (et aussi des parents) dire qu’elles sentaient mauvais mais elles, elles ne trouvaient pas. Elles n’y faisaient pas attention.
C’est pas qu’elles ne se lavaient pas, mais sans eau chaude c’était pas toujours facile. Et puis, elles ne voyaient plus très clair alors laver les vêtements à la main était devenu un peu plus compliqué.
Certains bambins se demandaient aussi pourquoi elle avait des grandes dents en avant… comment leur faire comprendre qu’elle venait d’une époque où l’on ne redressait pas les dents des enfants ? Une époque où se les laver 3 fois par jour n’était pas aussi important qu’aujourd’hui.

Et puis maintenant elle était un peu sourde, elle ne faisait plus attention à ces remarques. Elles faisaient tous les jours le tour du quartier, bras dessus, bras dessous, tenant des sacs plastiques de leur main libre.

Enfin ça c’était fini. Oui parce que sa sœur chérie était partie. Aujourd’hui, il n’y avait plus qu’elle. Elle se sentait terriblement seule et un peu perdue.
Plus rien n’avait de sens et elle ne savait plus quoi faire.

Elle était tellement fatiguée.

La journée touchait à sa fin, encore une journée chaude, décidément cette année l’été n’en finissait jamais !
Elle eut envie d’enlever ses espadrilles pour marcher un peu pieds nus dans le petit carré d’herbe à côté du banc. C’était agréable de sentir les brins d’herbe entre les orteils. L’espace d’un instant elle se sentit plus légère et un petit sourire se dessina sur ses lèvres jusqu’à ce qu’elle se retourne vers le banc où sa sœur n’était plus là pour lui sourire en retour.
La fatigue l’assomma de nouveau. De toutes façons il était tard, elle devait rentrer.

Arrivée chez elle, elle remarqua qu’elle avait les pieds qui saignaient un peu même si ça ne lui faisait pas mal, elle ne sentait plus rien. Elle se demanda alors où étaient passées ses espadrilles… C’était sa paire préférée en plus, celles avec les petites fleurs bleues dessus, comme des myosotis et du vichy bleu à l’intérieur… mais où pouvaient-elles bien être bon sang !
Enfin finalement ça n’avait plus vraiment d’importance…

Elle se déshabilla entièrement en se disant que ça leur ferait toujours ça de moins à faire quand il la trouverait et s’occuperait d’elle.
Elle était trop lasse pour continuer, sans sa sœur, ça n’en valait plus la peine. Cette nuit, elle s’en irait comme elle, calmement, sans gêner personne et qui sait, peut-être qu’elle la retrouvera avec son grand sourire. Elle était sûre que sa sœur saurait où sont ses espadrilles, elles iraient les chercher ensemble et tout irait bien…
screenshot_20161003-150225

PS : C’est la première fois que j’écris quelque chose de ce genre… je sais pas pourquoi mais cette paire d’espadrilles oubliées devant le banc pas loin de chez moi me turlupine.
Bref, du coup, j’ai imaginé cette « nouvelle » qui expliquerait d’où elles viennent.
C’est pas très gai, j’en conviens mais qui oublie ses chaussures de cette façon ?
En tout cas, j’espère que ça vous a quand même plu !

27 réflexions au sujet de « Les espadrilles »

  1. M&S

    Coucou !
    C’est très mélancolique tout ça… mais c’est joli 🙂
    J’ai cru voir passer que tu as pris cette photo au château de Luchey. C’est marrant c’est le château qui appartient à mon ancienne école, et je ne savais pas que le parc était ouvert au public ! Paraît que le vin qui y est produit est bon (je peux pas dire j’en bois pas !). En tout cas ils en offrent une bouteille aux diplômés 😉
    Des bises

    Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Oui ! Mais c’était pas dans le château, c’est devant, y’a des bancs sur tout le chemin maintenant 😉
      Je pense qu’effectivement c’est pas ouvert à tout le monde même si les grilles sont toujours grandes ouvertes pour, justement, aller acheter du vin ! Et je confirme il est plutôt bon mais un peu trop cher pour moi 😉
      Bises

      Répondre
      1. M&S

        Ah ça je confirme, pendant ma première année j’ai offert une bouteille à mon papa pour Noël… Je ne savais même pas que le Pessac Léognan existait à l’époque :-p

        Répondre
  2. Nicefrany

    Oui c’est génial ! Et c’est l’avis d’une prof de français ! et puis si l’écriture peut t’avoir libérée un peu ! En même temps cette photo me travaille un peu aussi depuis hier soir que tu l’as postée ! J’ai envisagé qu’elles avaient été oubliées en bazars, un peu plus loin et que quelqu’un les avait placées là. J’ai aussi imaginé que c’était une sorte de don, une installation de Land Art… bref je cogite

    Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Ah bah écoute, ça me fait super plaisir que tu me dises ça ! J’étais un peu mauvaise en rédaction, enfin je me trouvais mauvaise parce que j’avais jamais d’idée quand on nous donnait un sujet !! C’était toujours un calvaire pour moi…
      C’est vrai que ça pourrait être quelqu’un d’autre qui les as posées là, j’y avais pas pensé !
      La bise !

      Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Merci beaucoup !
      Mais bon à part le côté sœur inséparables, tu ne peux pas te retrouver dans cette histoire, tu n’est pas seule toi 😉

      Répondre
      1. Fifi la pipelette

        Ah Oui oui bien sûr c’est juste la dessus… Ce que je voulais te dire par là c’est que c’est tellement bien écrit que j’ai pu nous imaginer plus tard Même si notre histoire n’a rien à voir. .. Mais encore bravo pour ton histoire et surtout d’avoir réussi à si bien la raconter

        Répondre
  3. Fanny

    C’est vrai qu’on n’a pas l’habitude de ce genre de lecture ici mais tu as relevé le défi haut la main, c’est vraiment joliment écrit …

    Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Bon ben si ça t’as plu je suis contente 😉
      Je pensais pas être capable d’écrire ce genre de truc… j’ai du mal à imaginer… je pensais ne savoir parler que de ce que je connais !!

      Répondre
  4. Sandrinette

    Au début je pensais que tu parlais de la chaussure droite, sœur de la chaussure gauche (ou inversement )…finalement non mais c’est pas mal, je me doutais bien que tu serais capable de faire ce genre prouesse…une future virginie grimaldi ?

    Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Oula ne nous emballons pas ! Je suis bien loin d’avoir le talent de Virginie 😉
      Sinon, bonne idée aussi les 2 chaussures qui se parlent… en fait on pourrait écrire plein d’histoires à partir de ces espadrilles !!

      Répondre
  5. Ping : Quand seras tu la? - Mon blog - Modaliza photographe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *