L’allaitement… un 3eme essai ?

P1060544
Petit retour en arrière…
Il y a 5 ans, quand j’ai accouché de Minus, je voulais l’allaiter. J’avais acheté des fringues d’allaitement, j’avais acheté un tire-lait au cas où, des coussins d’allaitement, bref j’avais tout ce qu’il me fallait.

Et puis il est né. Et il a pas voulu téter. Résultat, il ne reprenait pas de poids. Puis il a fait une jaunisse… il ne voulait toujours pas manger correctement.
On a essayé de l’appâter en faisant passer un ptit tuyau avec du lait entre mon sein et sa bouche pour lui donner envie. Mais non…
J’avais droit à la pesée après chaque tétée que je lui donnais et on finissait par lui donner un bib de complément qu’il mangeait comme un ogre.
Alors on m’a fait tirer mon lait, sauf qu’il n’en sortait que 30/50 ml à chaque fois… si ça pouvait à peu près suffire au début, ça n’allait clairement plus quelques semaines plus tard. Parce que j’ai rarement réussi à tirer plus tu vois…

Ça a duré comme ça un peu plus de 3 mois… Et j’ai finalement laissé tomber. Je passais un temps infini à essayer de tirer un peu de lait, je lui faisais boire et 2h plus tard je recommençais… C’était pas des bonnes conditions, j’en pouvais plus et de toutes façons fallait toujours que je donne un complément… alors à quoi bon ?

Il y a bientôt 3 ans, j’ai accouché de Craquotte. Je voulais retenter le coup. D’autant que j’accouchais dans une maternité « amie des bébés » et très pro-allaitement.
J’ai réessayé. Elle semblait mieux téter que son frère, sauf qu’elle réclamait tout le temps… j’ai passé les 2 premiers jours (ou 3, je sais plus) avec Craquotte accrochée à mon sein. Et ça avait pas l’air de lui suffire.
Et ça m’a beaucoup stressée. Parce que j’avais bien l’impression que ça n’allait pas. Je n’ai pas voulu repartir dans la spirale du tire-lait. Avant même la sortie de la maternité j’ai dit que je laissais tomber.

Je suis rentrée chez moi, on m’a dit que j’avais pas été assez stimulée, que je n’aurais pas de montée de lait. Sauf que mes seins ont triplé de volume. J’ai eu mal, très mal… mais pourtant ça ne coulait pas ! Rien du tout n’en sortait ! J’ai même ressorti mon tire-lait pour me soulager un peu, eh ben j’ai tiré 20 ml ! Tout ça pour ça… et puis ça a fini par passer.
DSC_0564b

Alors oui, je regrette un peu que ça se soit mal passé, je dois bien l’avouer. J’aurais aimé que tout roule, être sereine et que j’y arrive parfaitement mais non.
Ils ont eu des biberons que j’ai adoré leur donner, en les regardant dans les yeux et en chantant des chansons. Et c’était très bien aussi !
Ils n’ont peut-être pas eu le meilleur du meilleur du meilleur mais ils vont bien quand même ! Ils sont beaux, grands, forts, intelligents, rarement malades en dehors des rhumes. Bref, ils ont été nourris au lait infantile et ils sont parfaits.

Maintenant, le 3eme arrive. Donc je me suis reposé la question. Et on m’a évidemment reposé la question à la maternité où je vais accoucher (la même que pour Craquotte donc). Normal.
J’ai été tentée encore… Mais j’ai repensé à la galère que j’ai vécue pour les deux autres. J’ai repensé au stress de pas y arriver, de ne pas savoir s’ils mangeaient bien. À la fatigue que ça m’a apporté.
J’ai déjà 2 enfants qui me prennent beaucoup d’énergie, je commence déjà à fatiguer. Et ça ne va pas aller en s’arrangeant bien sûr.
Quand je vais sortir de la maternité, il faudra que j’aie assez d’énergie pour m’occuper des 3 (même si mon mari aide beaucoup hein).

Et puis, pour les deux, j’ai vécu ça comme un gros échec. Je me suis dit que j’étais vraiment une mère pourrie si je n’arrivais même pas à les allaiter. J’ai déjà une bien mauvaise opinion de moi-même en temps que mère, j’ai pas envie de m’imposer de nouveau ce sentiment de culpabilité.

Alors j’ai décidé que non. Je ne vais pas m’imposer un nouveau stress et plus de fatigue.
J’ai décidé que cette fois, je donnerai directement le biberon.

Je le donnerai avec sérénité et avec amour, les yeux dans les yeux comme je l’ai fait pour les « grands ». C’est ce qui me convient et ça sera bien.
Je suis maintenant « en paix » avec cette décision qui est la mienne. J’ai fait le deuil de l’allaitement et je le vis très bien.

Et Bulot et moi, on s’aimera quand même très fort…

43 réflexions au sujet de « L’allaitement… un 3eme essai ? »

  1. Kid Friendly

    J’ai essayé d’allaiter mon 2e et eu un mal fou à m’avouer que ce n’était pas mon truc. Quand on l’a passé au biberon je me suis tout de suite sentie en terrain connu. Là j’étais au clair avec moi-même : je donnais la tétée d’accueil et après bibs. L’essentiel est d’être en accord avec soi-même. Et bon au 3e généralement on sait assez bien ce qu’on veut ou pas 😉

    Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Oui voilà, je sais maintenant ce que je veux et aussi ce que je ne veux pas !
      Parce que j’ai oublié de le préciser, je vais ptêtre le rajouter en fait… mais je l’ai vraiment vécu comme un gros échec et je m’en suis pas mal voulu. Je commençais déjà à me dire que j’étais nulle comme mère puisque j’étais même pas capable de les allaiter… J’ai pas envie de m’imposer ça encore une fois. C’est le dernier, j’ai envie d’être sereine…

      Répondre
  2. Laura

    Pr mon premier j’ai allaité uniquement avec le tire lait , j’ai juste eu l’impression d’être une vache à lait mais bon… pr ma 2eme j’ai voulu tenté à nouveau et la le top! Mais bon tu gère tte seule le bébé finalement…parce que la nuit c’est pas le papa qui peut filer le sein et la journée non plus donc avec le premier enfant,vive la fatigue! Si c’était à refaire pour un 3 ème….je me poserai la question lol
    Le principal c’est d’être bien dans sa tête et avec la décision que l’on prend et qu’elle ne soit pas influencée par quoi que ce soit!
    Pis l’avantage c’est que ta poitrine ne prendra pas un sacré coup de vieux avec le biberon 😉

    Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Je sais que c’est ce que je veux mais je ne te cache pas que ça va être dur à tenir. Parce que malgré tout, la culpabilité finira bien par ressortir à un moment donné… d’autant qu’on va m’y pousser dans cette mater… mais bon, je suis grande, je vais bien imposer mon choix 😉

      Répondre
  3. Perrine

    A bas la culpabilité!!!
    Que tu allaites ou pas, que tu cododotes ou pas, que tu ceci ou que tu cela…il y aura toujours des personnes bien intentionnées pour te faire sentir, sans te le dire evidemment, que ce que tu fais n’est pas ce qu’il faut, qu’elles font mieux que toi etc…
    Suis ton instinct de maman….tu es la meilleure et puis c’est point!

    Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Alors ça c’est ce que je dis à toutes les mamans ! Et pour moi, j’ai vraiment du mal à l’appliquer, c’est très con, hein !

      Répondre
  4. Corinne niel

    Je me voie tout à fait comme vous pour les deux premiers… Mais bon je vais quand même réessayer pour le troisième. Après je n ai pas subit mes allaitements comme des échecs donc c est peu être pour ça. Cela n’a pas marché un point c est tout…

    Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Moi je suis la reine pour me culpabiliser et vivre les trucs qui ne marchent pas comme des échecs… c’est un problème…

      Répondre
  5. monica

    Je te comprends totalement!
    Jai foiré mon premier allaitement et je lai tres mal vécu. Je me suis sentie comme une sous merde, comme une mere ne méritant meme pas le nom de mere.
    Aujourdhui je suis entouree par beaucoup de mamans allaitantes et je vais retenter pour le 2eme mais honetement jai trop la trouille de foirer de nouveau.
    En tout cas je donne le bibi sans aucun pb car je sais que par ailleurs je suis la pour mon bebe.
    Encore toutes mes felicitations pour ce petit bulot a venir <3

    Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Merci 😉
      Oui en plus moi je pars déjà défaitiste donc du coup, je pense pas que ce soit une bonne condition pour réussir…

      Répondre
  6. Kim

    Tu as raison, fais comme tu le sens. Moi j’ai allaité 8 mois et vécu 2 mois de galère mais c’était mon choix et je le vivais bien car mon bébé se portait bien et que j’étais très bien accompagné.

    Répondre
  7. Lorelei

    alors j’ai une histoire un peu compliquée avec l’allaitement.
    j’ai un mari pro allaitement, son ex femme a allaité leur fils, tout s’est bien passé, c’est meilleur pour bébé tout ça.
    quand je suis tombée enceinte de la grande, il n’était pas envisageable pour lui que je ne l’allaite pas. Moi je n’avais pas vraiment d’opinions, vu que je n’avais jamais tenté, ni pour ni contre, mais bon je me suis dit je vais essayer on verra bien. Pas super convaincue donc.
    Elle est née, et là panique. Pas moyen de la mettre au sein, j’étais en stress à chaque fois que je devais la faire manger. Je pensais qu’elle buvait quand même, mais elle hurlait toutes les nuits à la maternité et elle perdait du poids…on a finalement conclu qu’en fait je n’avais pas de lait. J’ai tiré mon lait mais comme toi, y’avait très très peu.
    Mon homme voulait que je persévère alors je l’ai fait mais sans gaieté de cœur. J’avais des coipines pro allaitement à fond qui encourageaient et me disaient de ne pas abandonner, mais je n’en tirai vraiment aucun plaisir, que du stress et de la fatigue nerveuse.
    au bout de qqs jours à la maternité, la puéricultrice nous a dit on complémente elle perd trop de poids, c’est ça ou on doit la perfuser. Alors il a accepté bien sûr.
    Elle s’est jetée sur ses bibs et tout est rentré dans l’ordre.
    J’ai encore essayé pendant 15 jours chez moi en tirant mon lait et en complétant mais y’avait toujours rien ou presque. Donc j’ai laissé tomber sans regret.
    Pour le petit, même discours de mon homme, et beaucoup d’appréhensions pour moi.
    ça n’a pas marché non plus, c’est moiqui ait demandé des biberons une nuit que je n’en pouvais plus. Et la sage femme m’a dit » c’est vous ou votre mari qui voulait allaiter? Si c’est que pour lui, arrêtez de suite ».
    Et bébé s’est régalée à partir de là avec ses bibs.

    Donc en effet, ça ne sert à rien de se forcer dans le stress, bébé le sent, c’est crevant nerveusement, et ce qui doit être un moment de communion et de complicité se transforme en épreuve….

    bisous

    Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Ah oui je comprends que ce soit compliqué ! Ici mon mari n’avait pas d’opinions, c’était comme je voulais… Mais je me suis mis la pression quand même…
      Et comme tu dis, du coup c’était pas du tout un moment agréable, au contraire… et c’est dommage !

      Merci pour ton expérience 😉
      Bises

      Répondre
  8. La Fée Biscotte

    J’ai allaiter mes deux enfants. Et pourtant avant l’arrivée de la première je ne voulais absolument pas le faire et je me suis lancé sans m’en rendre compte. Ca a bien fonctionné idem pour Mr Loulou. Du coup pas de stress ou d’appréhension comme tu as pu en avoir. C’est peut être indirectement quelque chose qui fait que ca se passe mieux je sais pas. En tout cas bravo à toi d’avoir essayé et ré essayé. Je suis sur que ton bébé trois sera tout aussi bien et heureux de boire le biberon donné par maman ou papa qui eux même seront content de le nourrir ainsi. C’est tout ce qui compte. Mieux vaut un bon biberon avec amours, qu’une tété stressé .

    Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Ben à la base j’avais pas trop d’appréhension pour le 1er… mais bon…
      Après par contre j’en ai eu pas mal pour ma fille du coup…
      Voilà c’est ce que je me dis, un biberon à la cool ça sera mieux pour nous…

      Répondre
  9. Mamawear

    Bonjour Marjolaine…
    Quand j’ai eu ma fille, je « n’avais pas de lait » pas de montée de lait, ma fille ne tétait pas bien et rien de marchait comme il faut… Je suis sortie de la maternité déboussolée car c’était la première… Avec un ordonnance de tire-lait double pompage (Une grosse M..r..de! que on m’a loué à la pharmacie). Pas réglable, j’avais un mal fou pour tirer presque rien… Puis je n’envisageait pas au fond de moi de ne pas allaiter, car o Brésil on a des campagnes de santé publique sur les bienfaits de l’allaitement… Dans ma tête c’était une partie des expériences à avoir dans la vie… comme avoir un enfant. Bah, choc culturel, pression ou mauvaise information… Le fait est que à la maternité 2 équipes ne me disaient pas la même chose… Et puis après accoucher le cerveau est un peu en « off ». Petite mademoiselle est arrivée avec un peu d’avance… Pas beaucoup mais assez pour une être petit bébé…

    Je pense que tenir 3 mois comme toi c’est plus qu’une victoire et sincèrement le tire-lait c’est pas glam quand on n’est pas dans cette optique! Tu peux regarder sur mon blog qu’il y a des mamans qui allaitent que comme ça… Pendant des mois juste au tire-lait… Mais quand un allaitement démarre difficilement… Il faut avoir le mental asseez fort. Et ça on ne dis pas souvent…

    Ma fille adorée et adorable a passé la plupart du temps biberonnéee…
    Pour mon 2eme, né 14 mois après au début je me disais que « je n’avais pas assez de lait »… Mais comme j’ai évoqué l’autre jour… J’ai croisé une sage-femme extraordinaire… PLus le temps passe plus je l’admire… Je ne sais pas dire si elle était bien calée allaitement ou pas… Mais on a sympathisé, j’ai fais la préparation avec elle et pas à la mater (comme pour baby1) et on a longuement parlé du fait que j’avais mal vécu (un échec dans ma tête) mon allaitement… ET j’ai trouvé le courage de tenter une autre fois… et ça a marché cette fois ci… Le bébé tetait comme il fallait à la maternité (même si je n’ai jamais eu la fameuse montée de lait la bas)… Alors oui j’ai eu mal à la maison… Mais ça a passé, j’ai utilisé des bouts en silicone, j’ai mis de la crème… et on m’a dit plein de betises (même pro de santé) et c’est en faisant ce que j’avais finalement envie que tout est rentré dans l’ordre et ça a duré, duré, duré… Et si pour ma fille ça m’enervait les commentaires style pourquoi tu n’allaites pas ? (et il faut encore rememorer son échec), pour mon fils c’était (mais il aura 6 mois et il ne mange pas encore de la compote ? Il faut sévrer ! ). J’ai l’impression que qua qu’n fasse on est jugée…

    Ta réponse seul toi pourras la trouver… Si je peux juste dire quelque chose… Appelle et discute avec une vrai professionnel de l’allaitement ou avec une bonne « écoutante d’une asso » plus informative que « bourrative de crâne-pro-allaitement »… Parle de tes peur et de tes ressentis… Elle ne sera pas là ni pour te juger ni pour te convaincre… C’est dure de trouver « la perle rare » car beaucoup de gens sont très « vive les bibs » et d’autres très « nichonantes »… Au moins tu auras le coeur plus léger…

    On vit parfois comme un échec, on le porte sur nous (sur notre incompétence maternelle ou biologique)… Mais il faut savoir que le système n’est pas fait pour soutenir les femmes dans leur choix. On donne des conseils foireux, même dans les maternités et cabinets de pédiatrie… Pire, qui ne vont pas dans la bonne directions les uns avec les autres, ni vers le bon sens…

    Quand à la fatigue… tu as toutes tes raisons pour ne pas vouloir tenter de nouveau, c’est ton choix et tous les choix sont respectables… Mais ce qui va te fatiguer c’est d’avoir un 3eme enfant (allaitant ou pas)… Oui tu pourras demander à ton mari de faire le bib de 3h du mat, mais dans mon cas j’étais moins fatiguée avec mon 2ème au nene à 3h du mat que avec mon mari qui se levait pour chauffer le bib et mlle qui hurlait en attendant… Ton 3ème sera différent des autres… Même au bib… Peut être dans 7 mois tu diras… C’était surper facile avec le bib… ou tu diras c’était l’enfer il était intolérant au lait de vâche et on a essayé les 20 différents laits sans succès (j’exagère mais on ne peut pas savoir, c’était le cas d’une amie qui n’avait pas sa fille intolérante mais rien de marchait bien comme lait… Elle n’a jamais pensé à allaiter… Elle avait horreur de l’idée d’avoir un bébé accroché à son néné) et elle a bavéééééééééééééééééééééééééééeeeeeeeeeee avec cette histoire de formule de lait. Bref… j’espère que tu trouveras la « fée merveilleuse » qui t’aidera à te poser les bonnes questions et décortiquer cette situation… pour être plus sereine pour retenter l’expérience ou pas… Car même à la maternité en disant que tu veux biberoner baby3… tu risques de trouver des personnes qui vont te remettre en question… et te laisser avec le doute (et si j’avais essayé une 3eme fois ? )…

    Bonne soirée… Je ne sais pas si j’ai été claire… j’écris trop !

    Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Je suis bien d’accord qu’en France on est pas encore bien épaulées dans les maternités… Surtout pour mon 1er, c’était l’enfer.
      C’était un peu mieux pour la 2ème mais bon… je crois que finalement, j’ai été trop stressée par ma mauvaise expérience, maintenant je n’ai plus envie de me remettre dedans…
      Et quand ça se passe bien, ce n’est pas plus fatigant on est d’accord, mais quand ça se passe mal, ça l’est beaucoup plus ! Donc bon, je préfère garder mes forces pour autre chose.
      Je ne pense pas qu’elles arriveront à me mettre le doute, j’ai fait mon choix !

      Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Voilà c’est ce que je me dis ! Maintenant je m’attends à avoir quand même des remarques… mais bon, je m’en chargerai 😉

      Répondre
  10. Maman au Balcon

    Je suis passée par la même mater que toi et j’avais dit têtée d’accueil OK allaitement je sais pas on verra. Quand j’ai dit non je ne continue pas on ne m’a pas forcé je ne suis pas sentie jugée alors je suis sûre que ce sera pareil pour toi !

    Répondre
  11. Mamawear

    PS: En effet je ne voulais pas ajouter un couche et doner l’impression que je ne respecte pas ta décision. J’ai donnée assez de biberons à mes enfants dans ma vie pour savoir qu’on peut les regarder yeux dans les yeux amoureusement… et on peut aussi allaiter en regardant la télé dans un lien nourricier… (Non ce n’est pas toujours l’image idyllique qu’on essaye de faire passer, même dans les pubs de lait 🙂 ) En résumée, ce que je voulais dire c’est que échanger avec une personne qui connais bien l’allaitement (sage-femme par exemple) pourrait t’aider à te rendre compte que tu n’as rien de moins bien que les autres… qu’allaiter ce n’est pas toujours simple… même si c’est biologique… et qu’on laisse trop souvent les mamans porter l’échec comme étant « leur échec » quand en effet c’est le système de soutien à cette maman qui est mal fichu.

    Répondre
  12. Adeline w

    Je crois que quelque soit la décision : allaiter ou non, quand on prend bien soin de son ou ses bébés, on reste la meilleure des mamans. Etre maman, c’est aussi prendre les bonnes décisions.

    Ma fille n’a jamais voulu prendre le sein, je tire le lait depuis le début, au grand regret des Sf 😉
    Bref, je le fais depuis 18 mois, (comme je télétravaille c’est aussi un avantage). Par contre, je n’ai eu des conseils que mon chirurgien qui a pratiqué la césa… SF et autres me disaient nous on sait que pour la mise au sein.
    J’ai donc du le faire au feeling…
    Tout ce que je sais c’est qu’il faut tirer plus que si on mettait au sein, boire beaucoup beaucoup….. et toujours à horaires réguliers… bref facile à écrire, à faire c’est difficile.

    Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Ouais je crois que le principal c’est d’être sereine parce que sinon le bébé le ressent aussi et c’est encore plus compliqué…
      Ça sera bien comme ça 😉

      Répondre
  13. Emilie

    Et tu fais parfaitement bien de bien le vivre car c’est une décision murie et assumée.
    Pour ma part c’était même pas en rêve et je n’ai même pas essayé. Sans aucun regret .

    Répondre
  14. PetitDiable

    Je ne sais pas ce que je ferais si mon 3ème est comme ton Minus…j’espère que tout ira bien ccar je ne peux imaginer ne pas allaiter. Je vois que surtout pour Craquotte, tu n’as pas été très bien conseillée, enfin c’est ce qui me semble en te lisant. Un bébé au début peut passer facile 10h à teter sur 24, rien d’anormal, et puis tu as eu un engorgement je pense en arrêtant, normal aussi de ne pas reussir à tirer grand chose dans ce cas là…Perso, je me prépare. Même si j’ai eu 2 allaitements longs et reussis, je ne pars pas gagnante, je vais aller à la reunion LLL près de chez moi avant d’accoucher, car ce sont les seuls specialistes en allaitement. Les maternités conseillent souvent de façon archaïque, contradictoire…normal hein: l’allaitement n’étant pas une maladie, les medecins n’ont pas de module dessus durant leur cursus et n’y connaissent…ben rien!

    Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Oui ben elle a passé plus que 10h sur 24 je peux te dire… et j’ai fini par avoir très mal en plus…
      Nan mais bon, c’est pas grave, j’ai essayé deux fois et je crois que c’est finalement pas mon truc et ça me stresse beaucoup plus que ce que ça devrait…
      Mais c’est vrai que malheureusement on est pas très soutenues. Pour mon fils ça a été une vraie catastrophe. Moins pour ma fille où on a essayer de m’épauler mais je partais déjà vaincue je crois aussi…
      Bref, j’ai plus envie de me torturer avec ça, j’aime bien le biberon 😉

      Répondre
  15. PetitDiable

    2Et c’est ton droit! Oui, 10h/24 c’est les 3 premiers mois pour Cromi, je me souviens de son 2ème jour, il a tété 7h d’affilée sans s’arrêter, je n’en pouvais plus! Et crevasses de fou bien sûr, plus engorgement, plus…enfin je crois que pendant 2 mois j’ai eu plus mal aux nichons qu’à ma cicatrice de césa! Quelle différence par rapport à la Pouillette, quasi rythmée à téter toutes les 4h dès la naissance…prie pour moi que celui qui arrive soit comme elle! ^^

    Répondre
  16. rassurante

    Coucou,
    Comme tout le monde l’a déjà dit, je crois que le choix entre biberon et sein est personnel et qu’il n’y en a pas un meilleur qu’un autre.
    Mais en lisant les commentaires, j’ai l’impression que beaucoup de celles qui ont allaité disent que ça a été difficile, douloureux etc… Alors je tenais à rassurer les futures mamans qui souhaiteraient allaiter, ce n’est pas toujours le cas. Sinon je pense que plus personne depuis bien longtemps n’essaierait d’allaiter! A titre personnel, j’ai allaité exclusivement mes 3 enfants (dont des jumeaux) 7 mois chacun et je n’ai jamais (j’ai bien dit jamais) eu mal (ni pour la monté de lait, ni à cause de crevasses, ni à cause d’une mauvaise prise du sein, ni je ne sais quoi). Bref, allaiter au sein ça peut aussi se passer très bien et très simplement dès le début quand on a de la chance.

    Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Oui enfin personne ne dit non plus que c’est toujours horrible ! Sinon oui, c’est évident, personne n’allaiterait !
      Par contre, clairement, le plus souvent c’est pas aussi facile que ce qu’il y parait… et on y est pas forcément préparée…

      Répondre
  17. M&S

    Moi j’ai un mini coup de gueule à passer.
    Parce que « amies des bébés » ça ne veut pas forcément dire « professionnels de l’allaitement ». J’ai l’impression que dans ces maternités encore plus que dans les autres, on se permet de juger et de culpabiliser les mamans sans pour autant avoir les compétences nécessaires pour leur apporter le soutien et l’aide dont elles ont réellement besoin. Dire « l’allaitement c’est le meilleur », « avoir mal c’est normal au début », « faut faire téter à la demande pour avoir du lait » sans avoir en réalité la moindre idée de ce qui se passe ni dans la bouche du bébé, ni dans les seins (et dans la tête) de la maman, c’est bien joli, mais y’a pas mieux pour faire perdre confiance aux mamans, les culpabiliser et les démoraliser.
    Si tu n’as pas réussi tes allaitements c’est probablement en grande partie parce que tu as été mal conseillée et soutenue au départ.
    Maintenant je pense que tu le sais et que tu as fait ton choix en connaissance de cause. J’aurais vraiment envie de te dire de ne pas te fermer de porte et de te laisser le droit de changer d’avis au moment où tu auras ton bébé contre toi (au moins pour le colostrum quoi…), mais je crois aussi que tu es à l’aise avec ta décision et donc que tu nourriras ton bébé avec bonheur et sans regret, quelle que soit la manière.
    Moi je suis perdue pour la cause, j’en suis à 3 ans (hier) d’allaitement, et s’il y a un deuxième un jour je sais que je ne pourrai pas faire autrement, et j’espère être capable de ne pas me mettre la pression. Des angoisses j’en ai eu et si j’ai failli lâcher mais j’ai tenu bon, je crois que j’ai été une vraie tête de lard sur ce coup là mais finalement je ne regrette pas (je regretterai peut être dans 3-4 ans quand elle n’aura toujours pas commencé à se sevrer, haha ^^)
    En tout cas quoi qu’il arrive, le bulot il aura une maman qui déchire (pas au sens propre, je ne te le souhaite pas ;))

    Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Ah bah tu vois je savais pas que tu l’allaitais toujours ! C’est cool !
      Clairement pour Minus j’ai mal été conseillée et pas du tout soutenue… Pour Craquotte je partais déjà défaitiste alors quand j’ai commencé à avoir mal et que j’ai passé la journée avec elle accrochée au sein, j’ai craqué…
      Et j’ai pas vraiment envie de le revivre, je pense que vraiment ça ne me convient pas…
      Bises

      Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Merci ! lol !
      Oui voilà parce que j’ai tellement entendu aussi (malheureusement) qu’on les empoisonnait avec le lait infantile, qu’ils étaient plus malades, moins intelligents… ça aussi ça culpabilise vraiment et je trouve ça nul et méchant ! Enfin bon, ptêtre qu’ils développeront des trucs horribles plus tard hein ! (mais j’ai aussi été élevée au bib, ainsi que mes sœurs et pour l’instant on se porte toutes plutôt bien… pourvu que ça dure !)

      Répondre
  18. Ping : Les petits bonheurs du dimanche #11 – Une semaine sur la Blogosphère | La Fée Biscotte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.