Journée nationale contre les cancers génétiques

geneticancer1
Aujourd’hui nous sommes le 30 septembre. C’est la première journée nationale des cancers génétiques… et demain débute Octobre Rose.
Je le répète tous les ans, c’est une cause qui me tient à cœur, pour des raisons familiales d’abord mais aussi « amicales ».

Cette saleté peut arriver à n’importe qui, n’importe quand, sans qu’il y ait obligatoirement de précédent. C’est la mutation qui arrive, la faute à pas de chance.

Mais quand il y a déjà quelqu’un qui a été touché dans la famille, une mère, une sœur, ça augmente ses propres chances d’en avoir un également.
Le plus courant c’est le gène BRCA qui une fois muté devient BRCA1 ou BRCA2. Il sera responsable des cancers du sein, des ovaires mais aussi de la prostate chez les hommes.
Il en existe d’autres encore mais je ne vais pas en faire toute la liste. Ce n’est pas le plus important.
journée nationale cancers génétiques
Le plus important c’est que ces cancers-là sont « prévisibles ». En effet, si quelqu’un est touché dans la famille, on peut alors faire des tests et savoir quel est notre pourcentage de chances d’en avoir un nous-même.

C’est simple et assez rapide. Une prise de sang pour soi-même et une prise de sang pour la personne déjà atteinte. Environ 3 mois plus tard, les résultats sont là.

Tu vas peut-être me dire que tu préfères ne pas savoir. Et je le comprends tout à fait. Pas facile de vivre en se disant que la chance d’être malade est énorme. Pas facile de vivre en se disant qu’on l’a peut-être aussi transmis à ses enfants.

C’est vrai.

Mais est-ce que vivre dans l’incertitude totale, sans savoir si un jour on sera effectivement touchés, c’est vraiment vivre ?

plusfortequelecancergeneticancer
Le savoir, c’est aussi pouvoir s’en protéger au maximum ! Et c’est énorme. Parce qu’une fois cette estimation posée, il y a un accompagnement pour soi et pour la famille. Il y a un suivi accru pour déceler le moindre souci dès le début.
Et comme Angelina, on peut choisir la mastectomie prophylactique qui réduit les chances de cancer du sein de 95%. Encore une fois, la décision est dure bien sûr et elle appartient à chacune. Moi-même j’aurais du mal… mais si ça peut me sauver la vie et éviter à mes enfants de grandir sans leur mère, je le ferais.

Bref, ce petit billet parce qu’il me semblait essentiel d’en parler et que ces tests sont encore trop peu connus.

Si vous voulez en savoir plus sur tout ça, je vous conseille le site Généticancer. Et vous pouvez également lire le témoignage de ma copine Anne-Aurélie.

2 réflexions au sujet de « Journée nationale contre les cancers génétiques »

  1. Fanny

    Je ne sais pas si je préfère savoir ou pas au final … j’ai même peur de simplement me renseigner sur ceux qui ont un risque d’être génétiques ou pas, etc …

    Répondre
    1. mamourblogue Auteur de l’article

      Oui je crois que moi aussi je me poserais très fort la question… mais bon, je crois que je choisirais de savoir, pour mes filles…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *